CS des Dames de Marie

Les échanges Inter-Communautaires

Notre établissement organise des partenariats de différents types. Ceux-ci apportent des échanges d’une grande richesse pour chacun.

Partenariat linguistique communauté francophone – communauté néerlandophone

Le projet, qui a pour titre “Moi, mon école, ma profession“, concerne les classes de 7e professionnelles Puériculture de notre établissement (CSDM) en partenariat avec l’HIVSET (Hoger Instituut voor Verpleegkunde Sint-Elisabeth) de Turnhout.

Le projet consiste en une série de rencontres virtuelles, mais également physiques autour de deux thématiques principales : la découverte de l’autre (sa langue, sa culture) et la réalisation d’un bricolage qui sera élaboré dans chaque école et dont les instructions de montage seront communiquées à l’autre dans la langue originale pour réalisation et utilisation en stage, en crèche ou en école maternelle. Plusieurs matières (langues, informatique, activité artistique…) seront mises à partie.

Bien qu’ayant déjà débuté en phase de test depuis un an et demi, la date effective de commencement est fixée au 19 octobre 2017. L’échange va continuer jusqu’au 29 juin 2018, mais il semble logique de penser que celui-ci va se poursuivre par la suite.

Nous sommes fiers d’annoncer que notre projet a reçu le soutien de la Fondation Roi Baudouin et plus particulièrement du Fonds Prince Philippe, soutien moral de nos choix (ce qui est une grande reconnaissance pour nous), mais également soutien financier qui va nous aider dans la réalisation de celui-ci.

Le « Fonds Prince Philippe » est un « Fonds » qui fonctionne grâce à une dotation de capital de la Fondation Roi Baudouin. Il agit de manière autonome et est géré par son propre Comité de gestion.

Apprendre à se connaître et à s’apprécier par-delà les frontières linguistiques et les origines : tel est l’objectif du Fonds, créé en 1998. Grâce aux actions de ce dernier, des dizaines de milliers de personnes issues de la diversité linguistique et culturelle qui constitue la richesse de notre pays se sont rencontrées ces dernières années.

Le « Fonds » considère notre société et le monde avec un esprit ouvert à l’autre, qu’il s’agisse de l’enseignement, de la culture, de la diversité ou des médias.

Le « Fonds Prince Philippe » joue pleinement son rôle de carrefour en soutenant des projets et en valorisant des initiatives originales qui favorisent la rencontre et l’échange entre les différentes communautés du pays.

Brève présentation de notre projet :

Quelles raisons ont motivé la mise sur pied de ce projet ?
Le projet va permettre, par la mise en œuvre d’une collaboration étroite et d’échanges divers, à deux milieux à priori assez éloignés l’un de l’autre (de langue mais également de culture différente : Turnhout néerlandophone, Saint-Josse-ten-Noode francophone, mais d’origines diverses => encadrement différencié), d’apprendre à se connaître, à se respecter et à réaliser que, finalement, nous sommes tous semblables.
Il va également favoriser les échanges dans une langue autre que sa langue usuelle, et donc aussi permettre de mieux appréhender le concept de communauté linguistique en Belgique. Nos élèves ainsi que nos enseignants vont donc se découvrir par le biais d’un projet commun lié à la section dans laquelle ils évoluent : la puériculture.
La motivation des professeurs de langue, à la base du projet, a permis de lancer ces démarches. Un essai préalable en fin d’année passée (échanges vidéo) a montré que cela pouvait fonctionner.

Comment allez-vous réaliser ce projet ?
Vidéoconférences : les étudiants se présentent, leurs intérêts, leur origine, l’école ensemble.

Visites d’une journée (par école) des élèves : découverte de l’établissement hôte et des locaux propres à la section puériculture, découverte des villes de Bruxelles et de Turnhout.

Mise en oeuvre d’un bricolage (adapté aux plus petits et plus grands enfants) à utiliser en stage : préparer l’activité dans sa langue maternelle. Prendre des photos et filmer les étapes de construction. Echange des instructions (écrites dans la langue maternelle : l’autre école devra comprendre, traduire), des vidéos et photos.
L’autre école doit concrétiser cette activité : utilisation des vidéos, des photos et des instructions écrites pour construire le bricolage. Le produit fini est montré à l’école qui a préparé les instructions à des fins de vérification (bonne compréhension des instructions…). La vidéoconférence peut être utilisée en cas de besoin.

Utilisation du bricolage en stage.

Quel changement ou impact visez-vous avec votre projet ?
Nous visons, bien sûr, un impact sur l’apprentissage de la langue (il est davantage motivant de l’apprendre quand on se rend réellement compte de son utilité), mais également sur les relations humaines.

L’utilisation des outils technologiques (vidéoconférences, échanges par e-mail…) est, bien sûr, un plus pour l’apprentissage.

Enfin, nos deux établissements se sont rendus compte à quel point chacun est centré sur sa personne, sa ville, ses origines : nous souhaitons de tout cœur que ce projet ouvre l’esprit de nos élèves et les incitent à partir à la rencontre de l’autre, sans craintes ou idées préconçues.

 

Nous tenons tout particulièrement à remercier Mmes Higuet (ancienne enseignante au CSDM et initiatrice du projet) et Mme Boncquet (enseignante en néerlandais au CSDM) pour leur investissement dans ce partenariat !

Nous remercions également toute l’équipe de l’HIVSET : nous avons rencontré là des personnes de qualité.

B. Dekeyser,

Sous-Directeur CSDM